Libération immédiate des étudiants emprisonnés au Bénin !

Publié le par AGEL FSE

SOLIDARITE TOTALE AVEC LES ETUDIANTS BENINOIS REPRIMES !

 LIBERATION IMMEDIATE DES ETUDIANTS EMPRISONNES !

 LIBERTE SYNDICALE ! RETRAIT DES FORCES DE POLICE DES UNIVERSITES !

     Depuis le jeudi 8 février, l’accès au campus universitaire dAbomey-Calavi est interdit à tout étudiant. Un important détachement des forces de sécurité a barricadé toutes les issues et contrôle les entrées. Jusquà nouvel ordre, lentrée au campus dAbomey-Calavi nest plus accessible aux étudiants Telle en ont décidé les autorités de cette université qui ont sollicité, le concours des éléments de la Gendarmerie et des sapeurs pompiers pour soi disant assurer la sécurité des lieux et des supposées principales infrastructures académiques inexistantes dans l'université.
    Selon certaines autorités rectorales et le recteur en tête, c
est une décision prise pour la sécurité des installations du campus. Face à cette prise dassaut du campus des agents de sécurité qui ont barricadé les entrées, des étudiants ont tenté de riposter en recourant aux jets de pierres. Mais, ils ont été dispersés par les Forces de lordre qui ont fait usage de gaz lacrymogène. Dans la foulée, une dizaine détudiants ont  été encore arrêtés. Ce nouveau feuilleton qui a commencé le lundi 5 février dernier à lUniversité dAbomey-Calavi, suite à un mouvement de grève déclenchée par le bureau de la Fédération nationale des étudiants du Bénin (Fneb) section de l'université d'abomey calavi , ne fait, malheureusement que commencer. Ce syndicat que nous soutenons totalement lutte, entre autres, contre le décret 512 du 18 Août 2005, qui complique les conditions d
octroi de bourses et secours aux étudiants.

    Ce haut lieu du savoir est à nouveau ceinturé par les forces de l
ordre qui y dictent leurs lois. Cest un coup dur pour les franchises universitaires qui ne sont pas de nouveau respectées. Le directeur général de la Gendarmerie, le colonel SEMEGAN qui sest lui-même porté sur les lieux hier, a dit que ses éléments sont mobilisés pour assurer sans faille la sécurité des autorités et desdites infrastructures.

    La Fédération Syndicale Etudiante apporte son soutien total aux étudiants Béninois, se reconnaît dans leurs légitimes revendications à une université ouverte aux classes populaires.


La FSE appelle à la mobilisation des syndicats et organisations françaises et étrangères pour qu’elles protestent auprès des ambassades et consulats du Bénin en France pour la libération immédiate des étudiants emprisonnés et le retrait des forces de police des universités.

Vive la solidarité syndicale ! Vive l'internationale Syndicale !
Vive la Fédération Nationale des Etudiants du Bénin !

Seule la lutte paie !

Publié dans International

Commenter cet article