Contre le projet de loi sur le "service minimum", défendons le droit de grève !

Publié le par AGEL FSE

A partir du 30 juillet le gouvernement présente à l'Assemblée Nationale le projet de loi sur « le dialogue social et la continuité du service public dans les transports terrestres réguliers de voyageurs ».
Ce projet de loi propose des mesures restreignant le droit de grève dans les transports ; il représente une attaque en règle faite au droit de grève :
    - Un délai de prévenance et l'obligation de négocier aboutiront à un délai allongé entre le préavis de grève et son déclenchement. - Les préavis successifs sur un même sujet seront interdits.
     - Les grévistes seront obligés de se déclarer 48 heures à l'avance, sous peine de sanction.
    - La direction ou un syndicat non gréviste aura la possibilité d'organiser une consultation à bulletin secret après 8 jours de grève pour en contester la légitimité.
    - Les discussions seront renvoyées par secteur ou par entreprise.
Par la multiplication des contrats aidés, missions intérims, des CDD et CNE, le patronat possède déjà des moyens de pression pour contenir l'organisation collective des travailleurs et la mise en place de rapports de force.
Cette loi impose tellement de conditions à la grève qu'elle la rendra dorénavant dans la plupart des cas soit illégale, soit impossible à déclencher. Elle a surtout pour but de briser les luttes des travailleurs avant l'établissement d'un véritable rapport de force en établissant des négociations sectorielles où le patronat et les gouvernements seront toujours en position de domination sur les travailleurs.
Mais le gouvernement ne s'arrête pas là et compte bien étendre ces restrictions au droit de grève dans tout le secteur public. On parle déjà du service minimum pour les professeurs, et de l'étendre dans les entreprises, c'est donc bien une attaque contre tous les travailleurs, pas seulement contre les salariés des transports. Si le gouvernement s'attaque au droit de grève ce n'est ni par philanthropie, ni par souci du bien être des usagers mais bel et bien parce que la grève et l'arme des travailleurs pour faire entendre leur voix et faire valoir leurs revendications.

« Les acquis sociaux tant au niveau de la protection sociale que de l'éducation ou des droits des travailleurs ont été à chaque fois le résultat de luttes et de mots d'ordre portés par des mouvements populaires suffisamment massifs pour les imposer et aller à l'encontre de la logique capitaliste. » Charte de la FSE

En effet, c'est en s'organisant collectivement et en construisant des rapports de force que les travailleurs peuvent obtenir la satisfaction de leurs revendications légitimes. La restriction du droit de grève et le meilleur moyen pour le gouvernement de mettre en place les conditions les plus favorables pour mener l'offensive contre les acquis sociaux et les droits des travailleurs. Parce que nous devons organiser la riposte face aux attaques du gouvernement, nous devons être en pleine possession de nos moyens de lutte et défendre notre droit de grève. Parce que le droit de grève est l'arme des travailleurs, nous ne devons pas accepter qu'il soit bradé lors des débats à l'assemblée nationale ou par les directions syndicales lors de négociations avec le gouvernement.
Si la restriction du droit de grève est appliquée dans les transports, ne doutons pas qu'elle sera ainsi appliquée pour les grèves étudiantes et salariées au sein des universités. En tant qu'étudiants c'est-à-dire travailleurs en formation, nous devons nous mobiliser pour le droit de grève car c'est une arme pour lutter contre les contre-réformes du gouvernement, pour défendre le service public d'éducation, nos diplômes et futures conventions collectives...

CONTRE LA LOI SUR LE SERVICE MINIMUM DANS LES TRANSPORTS !
CONTRE TOUTES LES ATTAQUES FAITES AU DROIT DE GREVE !
LES ATTAQUES AUX DROIT DE GREVE SONT DES ATTAQUES FAITES AUX TRAVAILLEURS ET AUX TRAVAILLEURS EN FORMATION !
LA FSE APPELLE REJOINDRE LES MOBILISATIONS DU 31 JUILLET CONTRE LE PROJET DE LOI SUR LE SERVICE MINIMUM

Commenter cet article