OFUP hors des Facs !

Publié le par AGEL FSE

OFUP: manipulation, mensonges, CA SUFFIT !


Depuis de nombreuses années, les universités accueillaient l’OFUP, la seule (en principe) entreprise privée autorisée à démarcher les étudiants lors des chaînes d’inscription. Ce traitement de faveur administratif, était justifiée pour les raisons suivantes : l’OFUP avait pour but de conseiller les étudiants et de leur faire accéder à des revues diffusant des savoirs « à prix cassés » tout en offrant aux étudiants des emplois saisonniers intéressants.

L’OFUP, racheté par la société FIRSTREAM en 2000, ne remplit pas, loin s’en faut, ces conditions. L’OFUP a mis au point une technique de manipulation que chaque vendeur doit assimiler : l’objectif est, non pas de conseiller, mais de vendre un maximum d’abonnements, avec les techniques suivantes :

technique de vente dite de « l’ascendance universitaire » : il s’agit d’utiliser le prestige de l’institution universitaire pour inspirer confiance à l’étudiant. L’OFUP fait tout pour apparaître aux yeux des étudiants, comme une étape légitime et obligatoire de l’inscription pour tout étudiant soucieux de ses études.

technique du « pack » : le but est de vendre, non pas un abonnement, mais un « pack » de plusieurs abonnements (3 voire plus) pour un prix avoisinant les 150-200 €. Quand l’étudiant accroche, le vendeur doit en profiter au maximum : quand le bourrage de crâne remplace le conseil …

technique de culpabilisation : le vendeur doit convaincre l’étudiant que si il veut réussir, il faut qu’il s’abonne à des revues spécifiques à sa filière. Le vendeur n’hésitera pas à lui dire qu’il n’y a pas de manuel fourni à la fac, et que pour s’en sortir lire régulièrement une revue est indispensable. Il s’agit de profiter de l’ignorance et de la vulnérabilité du nouvel étudiant pour faire du chiffre. On est là encore très loin de la quasi-mission de « service public » qui justifierait la présence de l’OFUP dans les universités.

En outre, l’OFUP ne se contente pas de manipuler les étudiants pour leur vendre des revues :

– L’OFUP vend son « réseau étudiants » aux entreprises : opération de promotion de produits « hors presse », location des panneaux d’affichage que les universités leur attribuent. L’OFUP fait profiter, moyennant finance, de son statut d’exception aux autres entreprises pour transformer la fac en supermarché.

– Le « FIRSTREAM PASS », outil de paiement électronique via Internet, qui lui permet de collecter des réseaux clients, qu’elle peut ensuite revendre à des sites marchands en ligne ! Les étudiants sont donc incités à acheter tout et n’importe quoi sur Internet. On est loin des vertus pédagogiques de l’OFUP et de la diffusion des savoirs ! Et on comprend pourquoi les vendeurs OFUP sont fortement incités (financièrement) à collecter les emails des étudiants !

– L’OFUP exploite les étudiants–vendeurs qu’elle embauche : aucun salaire fixe (paiement proportionnel aux ventes effectuées), obligation d’ouvrir un compte à la banque COVEFI (l’OFUP touche une commission pour chaque ouverture de compte), horaires de travail qui ne tiennent pas compte des heures de cours des étudiants embauchés. Merci l’OFUP !
 

OFUP HORS DES FACS ! NE VOUS FAITES PAS AVOIR !

Commenter cet article