Mobilisation des infirmièr-e-s

Publié le par AGEL FSE

Position de la FSE Paris I/IV

La FSE est solidaire des revendications des élèves infirmièr-e-s (reconnaissance de leurs études à Bac+3 et l’intégration au cursus LMD, revalorisation des salaires, amélioration des conditions de travail et des conditions d’études) et appelle à la manifestation du 14 juin.

Le processus de Bologne, qui s’est traduit en France par la réforme LMD, vise à détruire le cadre national des diplômes, à renforcer l’autonomie des établissements, et à substituer aux statuts et qualifications reconnus dans les conventions collectives, la notion de compétence individuelle.

La pleine reconnaissance des études d’infirmiers, comme de celle des études de l’ensemble des étudiants, entre en contradiction avec la logique du LMD qui institue l’individualisation des cursus où chaque futur diplômé devra, sans aucune garantie collective, tenter de valoriser son portefeuille de compétences auprès de ses employeurs potentiels. C’est pourquoi nous nous prononçons pour l’abrogation du LMD.

La FSE regrette fortement le sectarisme de certaines organisations d’infirmièr-e-s qui ont refusé la signature de la FSE sur le tract commun lors de la dernière intersyndicale lundi 4 juin. La FSE regrette également le refus d’organiser une Assemblée générale après la manifestation. A la place, l’intersyndicale a décidé de réunir une nouvelle intersyndicale, refusant toute auto-organisation des élèves infirmiers. C’est contraire aux principes fondamentaux de la FSE selon lesquels « le syndicat est un outil au service de la lutte et doit favoriser son auto-organisation » (charte de la FSE).

Publié dans Solidarité

Commenter cet article