Appel de l’AG de Tolbiac du mercredi 9 mai 2007

Publié le par AGEL FSE

Voté à une très large majorité par les 700 étudiants réunis en Amphi

Dès l’annonce de la victoire électorale de Sarkozy, des milliers de personnes ont manifesté spontanément. Les médias aux ordres ont sciemment minoré la révolte pour faire croire à l’unité nationale derrière Sarkozy. Révolte violemment réprimée par la police sarkozyste qui a procédé à des centaines d’arrestations. Nous exigeons la libération de tous nos camarades et l’arrêt de toutes les poursuites.

Nous avons raison de nous révolter car Sarkozy, à l’instar de Thatcher, veut briser le mouvement ouvrier, liquider les derniers acquis sociaux, et s’attaquer aux libertés démocratiques.

Dès juillet 2007, Sarkozy veut que le parlement décide :
la destruction de l’université publique : sélection à l’entrée de l’université, sélection à l’entrée du master, hausse des frais d’inscription, attaques contre le statut des personnels.
la liquidation du droit de grève : service minimum, obligation de voter à bulletins secrets pour décider de la continuation de la grève.
le durcissement des conditions du regroupement familial
la mise en place de peines planchers pour les récidivistes

Et ce n’est qu’un début. Car Sarkozy a annoncé des conférences sociales en septembre pour associer les syndicats à la destruction du code du travail, avec notamment la mise en place du contrat de travail unique, instaurant la précarité pour tous.

Les manifestations spontanées, les luttes isolées, ne suffiront pas à stopper les mesures de Sarkozy. Nous lançons un appel à tous ceux qui veulent s’opposer à la politique de Sarkozy : ne cédons pas à la démoralisation ! Organisons nous dans nos lycées, dans nos universités, dans nos quartiers, dans nos entreprises, et construisons tous ensemble la grève générale qui seule peut empêcher Sarkozy d’appliquer son programme.

Nous appelons l’ensemble des étudiants à se réunir au plus vite en Assemblée générale et à nous rejoindre dans la grève, avec piquets de grève.

Nous lançons un appel à toutes les directions syndicales : il est de votre responsabilité de refuser toute concertation avec ce gouvernement, d’appeler les travailleurs à se réunir en Assemblée générale, et de dresser la perspective de la grève générale.

Nous saluons les travailleurs d’Airbus à Saint Nazaire et à Nantes, qui sont en grève contre l’avis des principaux syndicaux. Nous lançons un appel à tous les travailleurs : rejoignez nous dans la grève, venez nous rencontrer à Tolbiac.

Nous sommes également solidaires des révoltes qui ont éclatées dans les quartiers populaires.


Unissons nos forces pour combattre la politique patronale, autoritaire, raciste de Sarkozy !

Publié dans Vie universitaire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article