ENSA en lutte !

Publié le par AGEL FSE

Une situation catastrophique :

-un directeur, qui a su durant 4 ans nous montrer son incompétence, a été reconduit malgré l'avis défavorable (10 voix contre 5 pour, 1 blanc) du Conseil d'Administration;
-aucune considération de la voix des étudiants;
-blâmes, menaces, intimidations;
-enseignements non concrets et non concertés;
-......

Suite à une grève (décidée après un vote à bulletin secret : 68 pour, 13 contre, 3 blancs) qui a commencé il y a une semaine, les étudiant-e-s de l'ENSA ont décidé de bloquer le 11 avril l'école pour obtenir des solutions rapides et efficaces.
A l'heure actuelle, les étudiant-e-s subissent pressions, menaces, violences physiques sur des élèves (preuves vidéos instantanées) ainsi que des dégradations des locaux.
Les étudiant-e-s de l'ENSA tiennent à préciser qu'à aucun moment les étudiant-e-s ont encouragé les violences.

Pour tout cela, soutenus par la majorité des professeurs titulaires, les étudiant-es- de l'ENSA demandent le retrait de leur directeur.

Lettre ouverte au Minitre de la Culture :

Monsieur le Ministre,

Au cas où vous ne seriez pas au courant, nous, étudiants de l’E.N.S.A., Ecole Nationale Supérieure d’Art de Limoges-Aubusson, sommes en grève depuis jeudi dernier (5 avril) et bloquons les locaux et tout le fonctionnement de l’établissement depuis mardi 10 avril.

Depuis l’arrivée de notre directeur Olivier Lerch il y a quatre ans, nous avons vu la situation de l’école s’aggraver de façon alarmante dans une atmosphère d’absence totale de dialogue, et n’avons eu de cesse de vous demander d’intervenir par tous les échelons administratifs possibles, jusqu‘au Délégué aux Arts Plastiques, monsieur Kaeppelin…
Suite à l’inspection générale qui a relevé de graves problèmes de coordination et admis l’échec du projet d’école soutenu par le directeur, le Conseil d’Administration (C.A.) a émis un avis largement défavorable à la reconduction de son mandat (10 avis contre, 5 pour, 1 blanc).
Malgré tout cela, le directeur de votre cabinet l’a renommé à son poste.
Nous sommes conscients que le C.A. n’émet qu’un avis consultatif, mais à quoi servent de telles instances si elles ne sont pas entendues ?
Nous vivons dans un climat de menaces, de pressions constantes et aujourd’hui de violences physiques de la part du directeur et des quelques professeurs qui le soutiennent.

Compte tenu de ces faits, vous comprendrez l’impossibilité des étudiants à continuer de travailler dans ces conditions, et l’évidence d’une démission du directeur.

Que penser d’un ministère qui cautionne le naufrage d’une école nationale supérieure ?

Publié dans Vie universitaire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article